Pro Roma Mariana

Fátima e a Paixão da Igreja

SUR L’AUTHENTICITE DU SECRET PUBLIEE L’ANNEE 2000

              

http://www.agerecontra.it/public/press20/?p=13870#more-13870

(Veja último texto agerecontra – 16 novembro, Sta. Gertrudes – ao lado)

De fide veritatis Arcani Fatimensis vulgati anno MM

Sobre a autenticidade do Segredo de Fátima publicado em 2000

Italiano –  www.agerecontra.it/public/press10/?p=6204

English – http://wp.me/sWrdv-2567

Espanhol – http://wp.me/pWrdv-Fy

Français – http://wp.me/pWrdv-FU

Português – http://wp.me/pWrdv-aT

Mgr Lefebvre disait : « Vous pouvez reconnaître infailliblement un moderniste d’un bon catholique s’il est pour ou contre Fatima ! Dans tous les documents du concile V.II,  même dans le schéma sur la Sainte Vierge  il n’y a aucune référence à ces sujets: – le chapelet et le rosaire; – la dévotion au Cœur Immaculé de Marie et la réparation ; –  la conversion des pécheurs et le danger de tomber en enfer ; – les premiers samedis du mois; – la Russie et ses erreurs, le communisme (Rome a même fait avec Moscou un accord secret à Metz) ;  où la vérité (dogme) de Notre Dame Médiatrice de toutes grâces ?

Devant les initiatives et les interprétations du Vatican d’aujourd’hui, qui révèlent de graves contradictions et des mensonges face à la troisième partie du Secret de Fatima, il y a un grand consensus selon lequel déjà par ce traitement ignoble au regard du message de la Vierge Marie, la gravité de son contenu peut être aperçu. (Voir aussi http://wp.me/sWrdv-2567)

Beaucoup de catholiques perçoivent cela en soulevant de lourds doutes sur le nouveau chemin suivi depuis Jean XXIII, dont l’engagement était de mettre à jour le même Évangile et la Tradition catholique, en se distanciant de ces prophéties de malheur.

Et puisque le message de Fatima se réfère à la préservation du «dogme de la foi au Portugal», on peut se demander s’il s’agit de la fidélité qui va manquer dans  reste du monde qui suit la Rome d’aujourd’hui.

La chose certaine c’est qu’il y a un parallèle évident entre les initiatives des «papes conciliaires» et la perte de la foi dans la Chrétienté ; entre le grand mal de cette perte et la censure au Secret de Fatima.

Le fait est que son témoignage suit une chronologie.

Il a débuté dans l’Eglise peu avant 1960, date à laquelle la troisième partie du Secret de Fatima devait être révélé, “parce que plus claire”.

Compte tenu de la chronologie et de la réalité de cette troisième partie secrète, les fidèles sont portés à se rappeler le terrible avis précédent de La Salette: “Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist”.

En fait, Notre-Dame de Fatima a laissé aux fidèles une prophétie sur une heure sinistre pour l’Église.

Dans une Eglise, désormais décapitée, une nouvelle classe de prélats déviés, au nom «du sang des martyrs» s’avantagent de la ruine de la foi.

Pourquoi ils s’avantagent? Parce qu’avec l’apostasie qui avance et la censure du secret de la Mère de Dieu – prophétie de malheur –  ce qui est hétérodoxe n’est pas plus contestée ; des scandaleuses mutations peuvent avancer une nouvelle religion… conciliaire !

En fait, Jean XXIII a commencé par censurer un signe qu’il disait d’origine divine.

Ses successeurs ont fait de même jusqu’à Jean-Paul II, qui, parmi les nombreuses initiatives scandaleuses contre  la foi, il s’est même approprié du Secret de Fatima pour le culte de sa personnalité.

Il a couvert son jeu avec des mensonges et des ambigüités décrites dans d’autres articles et livres. Par exemple, il avait lu le Secret à peine couronné, comme il est logique de penser et comme nous l’avons su, parce qu’il l’a dit dans le lit d’hôpital à la presse. Pourtant, il faisait croire l’avoir lu seulement après l’attentat Place St Pierre. En effet à Fulda, en Allemagne, il avait fait allusion aux conditions de désastre d’ordre naturel du «Secret apocryphe», en détournant l’attention de la véritable catastrophe qui est dans l’Église catholique à cause du Vatican II. Le compte rendu de la réunion du Pape Jean-Paul II avec un petit groupe de catholiques allemands, à l’occasion de sa visite en Allemagne, a été publié par le magazine allemand Stimme des Glaubens (Octobre 1981).

Dans la soixante-deuxième anniversaire des apparitions de Fatima:«Sì sì no no», nº 5 de 1979, a repris la question et a écrit sur le «troisième secret»: “Ce silence… équivaut à faire taire la Reine du Ciel, accusée d’être inopportune et d’imprudente, a été équivaut à considérer la prudence des hommes au-dessus de la sagesse du ciel (les hommes sont capables de tout!). Jean-Paul II nous donne, aujourd’hui, la confirmation [du vrai secret !] Don Putti de «Sì sì no no» a continué à reprendre les mots de K. Wojtyla: “D’autre part, tous les chrétiens ont besoin de savoir ceci : s’il ya un message où est écrit que les océans inonderont des parties entières de la terre et à qu’à tous moments des millions d’hommes périront, il n’est plus vraiment nécessaire de divulguer ce message secret.” Don Putti reprend les mots de Jean Paul II pour conclure : «Il a répété ici, presque littéralement, la prophétie apocalyptique du  “troisième secret l’officiel “, jamais démenti depuis des années: “… les océans deviendront des vapeurs, et l’écume se lèvera en bouleversant tout. Des millions et des millions de personnes périront… “(cf. n ° cit. P. 1). Alors, Jean Paul II a poussé les prêtres et les fidèles à croire à ce faux secret. C’était le cas de don Putti, comme de Mgr Spadafora, qui l’a même publié dans un petit livre sur Fatima. Après la publication de l’année 2000, c’était aussi le cas du prêtre Balducci qui entre l’un et l’autre ne savait plus dans quelle eaux naviguer.

Plus tard, Jean Paul II a également trompé Sœur Lucie, faisant allusion à la conversion de Gorbascev, pour avoir un consensus sur ce qu’il voulait révéler à son profit, de ses souffrances comme martyr du XXe siècle!

Quant à Joseph Ratzinger, il pense comme le théologien Edouard Dhanis : il nie l’ensemble du Secret. Mais comme ce n’est pas bon pour sa popularité, face à la presse et au monde il dit à présent des choses contraires à son interprétation officielle de 2000, de façon à impressionner les gens attentifs à tout ce qu’on dit sur Fatima et spécialement à des journalistes fatimistes de la dernière heure, comme le connu Antonio Socci, Socci, adepte de Medjugorje et avec un œil fixé sur la sainteté de Jean-Paul 2!

De toutes ces choses sortent deux hypothèses relatives à la validité du texte publié en 2000 sur la troisième partie du Secret de Fatima:

1ére – Le texte de la vision du Secret, de l’exécution virtuelle du pape avec son entourage, a été falsifié ou mutilé de l’essentiel par des faussaires qui l’ont remplacé au Vatican, de plus Lucie l’a confirmé.

2eme – Le texte publié en 2000 est vrai et en fait le pape catholique, gardien de la vérité révélée, a été virtuellement «éliminé».

Les deux cas tombent sur la responsabilité de l’actuel Vatican ou il ya des faux-monnayeurs, ou a été «éliminé» le juge qui empêche la fausse religion: le pape catholique et ses conseillers. C’est alors seulement que le Saint-Siège aurait pu publier des fausses visions proposées comme venant de la Vierge Marie.

Voilà que nous sommes confrontés à la vision d’un véritable crime, si bien que le texte n’est pas vrai – comme le pensent certains – et surtout si c’est vrai – comme nous le croyons. On ne peut pas échapper! Cela, oui, c’est effrayant! Tellement effrayant, que beaucoup de gens préfèrent blâmer le faux du texte publié en 2000, avec l’approbation de Sœur Lucie, plutôt de blâmer les auteurs des contrefaçons de la Doctrine et aussi de Fatima !

L’aide à déterminer l’authenticité du texte publié
Comme nous l’avons vu, cette explication ne vient pas de l’actuel chef du Vatican, mais elle peut venir indirectement à partir du comportement honteux de ceux qui sont devant le Secret de Notre-Dame.

Et pourtant, ceci ne doit pas pour cela être considéré comme faux. Autrement, ils auraient du mobiliser une équipe pour falsifier les documents et une autre pour remplacer Sœur Lucie? Mais s’ils l’avaient fait, le texte produit serait plus d’accord avec leur version.

En vérité, le texte a été révélé par l’intervention de la Divine Providence, qui se sert aussi de la suffisance des puissants pour offrir la vérité à tous les hommes de bonne volonté. Avec sa grande popularité Jean Paul II ne doutait pas que sa version du Secret pourrait êtreun jour mise en cause. Un faux pas. Mais après ça nous devons nous appliquer à déchiffrer ce qui semble mystérieux, en répondant à des questions simples.
1 – Dans la troisième partie du Secret il y a des paroles de la Vierge Marie?

Réponse: Oui.

2 – Ces mots suivent les autres : «au Portugal le dogme de la foi sera toujours conservé»?

Réponse: Oui, parce que cela s’avère logique et a été confirmé par la Sœur.

3 – Il y a quelque phase de la 3e partie du Secret déjà publié avec sa 1e et 2e partie ?

Réponse: Oui, parce qu’il y a une phrase conclusive, avec la promesse finale du message, qui nécessairement appartenant à la troisième partie.

4 – Mais si toute cette troisième partie devait rester secrète, pourquoi a-t-elle été ensuite publiée conjointement avec le reste par Sœur Lucie?

Réponse: Parce que Jésus a fait savoir à Lucie le 17 Décembre 1927, qu’il faudrait publier tout ce qui est lié à la dévotion au Cœur Immaculé de Marie, ce qui est clairement dans la dernière partie.

5 – Si, après la vision de l’enfer, Notre-Dame a parlé pour réconforter les petits bergers terrifiés, n’aurait t’Elle pas fait la même chose après la vision du “massacre du pape”?

Réponse: En vérité, les derniers mots du Secret qui sont de consolation, sont ceux de la 3e partie connus depuis de nombreuses années.

6 – À la lumière de ces réponses, qu’est ce qui peut aider à connaître toute la troisième partie du Secret, de la vision à la promesse finale de Notre Dame?

Réponse: La troisième partie du secret n’est pas compréhensible sans la correcte colocation de la phrase sur le Portugal où le dogme de la foi sera préservé: c’est la question clé.

Hypothèse pour la solution de l’authenticité du Secret publié en 2000

Sans doute le souci constant de Lucia d’obéir à l’ordre divin de ne pas révéler la troisième partie du Secret est bien connu. C’est ce que nous savons depuis le dialogue de Jacinta avec Lucie, qui aide déjà à démêler la question, parce qu’il relève de la “la souffrance du Saint-Père.”

Comme la Sœur a réussi à continuer cachée  la partie secrète, cela n’a pas été complètement élucidé. Il pourrait être réclamé par Monseigneur Tarcisio Bertone, envoyé par Jean-Paul II. Mais il était si étranger à la véritable question qu’il na pas même cogité a demander cela à la Sœur.

Toutefois, la documentation sur Fatima aide à comprendre.

Voyons: Lucie ne savait pas si la phrase sur le Portugal appartenait à la troisième partie secrète. Donc, elle ne l’a pas publié dans le Troisième Mémoire, mais, après elle s’est convaincue qu’elle pouvait le publier et elle l’a fait dans le Quatrième Mémoire. Mais où placer la phrase sans rien révéler du Secret? Avant ou après l’endroit de la vision? La meilleure protection serait pour elle de l’ajouter à la fin, comme s’il s’agissait d’un ajout oublié (même si, cependant, elle était connue pour avoir une mémoire parfaite!). Donc, l’expression est restée là, à la fin, sans lien logique, mais sans que personne ne demande pourquoi.

En effet, le gens se sont mis à imaginer divers secrets possibles à partir de cet ajout.

La raison pour laquelle la phrase sur le Portugal est dans cet endroit ne peut être autre qu’une mesure de Sœur Lucie pour mieux cacher la partie secrète. En fait, après la conversion accomplie de la Russie, non seulement le Portugal mais les autres pays auraient bénéficié de la paix qui suit le triomphe de la Foi. La chose n’a pas intéressé le Vatican, qui a ignoré la clé de cette question en se référant uniquement au Troisième Mémoire de la Sœur. C’est sans doute un fait vraiment étrange pour ceux qui prétendaient révéler et expliquer à tous le Secret.

La phrase clef dans la place correcte

Où donc placer la phrase correctement ? Il y a une logique pour expliquer les paroles de la Madone dans la troisième partie de son message et donc aussi l’endroit où il appartient à la vision complète du Secret.

Ce lieu ne saurait être un autre, pour les raisons qui suivent, qu’après la phrase: “diverses nations seront anéanties.” Pour revenir à la précédente réponse sur la manière dont la Vierge Marie ( après avoir vu les bergers effrayés à la vision de l’enfer) leur a adressé des mots pour les consoler, on comprend qu’elle doit avoir fait la même chose après la vision du “massacre du pape.”

Ils  pensent  de la même manière, à juste titre, ceux qui doutent de l’authenticité du Secret publié.

Or, les paroles de consolation pour les enfants portugais, qui ont vu l’enfer, mais ont également entendu et vu des « nations détruites » – et le Portugal était en guerre – pouvaient être celles liées à leur nation. En fait, on peut croire qu’une nation résistant dans son « dogme de la foi», comme il est expliqué, n’est pas en danger d’anéantissement. En tout cas, c’est le seul mot de Notre Dame sur le Portugal qu’Elle exclut de la liste des nations anéanties.

Il y a, donc, des mots de la Vierge Marie dans la troisième partie du Secret, qui peuvent raisonnablement continuer ceux sur le « dogme de la Foi au Portugal » pour celui qui accepte l’intégralité du message publié. Si elles ont été portées à la connaissance de tous par Lucia, avant la publication de la partie secrète, même s’ils appartiennent au soi-disant “troisième secret”, c’est parce qu’ils traitent du culte du Cœur Immaculé de Marie. Tout a été manifesté à la Sœur le 17 Décembre 1927selon la volonté du Seigneur.

Voyons comment se compose le Secret, dans sa partie finale, après les mots “diverses nations seront anéantis” et la vision symbolique du massacre de l’évêque vêtu de blanc avec l’ensemble de son cortège fidèle. La description de cette vision pourrait faire penser à  la tragédie de l’«élimination» du Pape catholique pour une durée indéterminée. À cela ont suivi les mots de Notre Dame : “Au Portugal, le dogme de la foi sera toujours préservé, etc., (ce qu’on sait) … ” À la fin mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie, qui se convertira, et il sera accordé au monde une période de paix.”

Le Secret de Fatima, par conséquent, se compose de la vision symbolique du massacre du pape, vu par les bergers. Mais la prophétie se termine avec la présence de l’Église catholique et du pape, et, par conséquent, avec le triomphe de la Foi et de la Vierge Marie, qui avait promis de revenir à Fatima “encore une septième fois ». Ceci, sans doute, à un moment lié au retour du pape, qui aura finalement répondu à la demande de consécration, signe manifeste du triomphe de la Foi, résultant de la conversion de la Russie : ceci sera suivi par une période de paix véritable sur terre avec le retour de la Chrétienté.

Par conséquent, ce triomphe final de Marie anticipe la véritable renaissance de l’Eglise après la déchirure mortelle pour la Papauté et pour le monde, d’une longue vacance du Vicaire de la Vérité. Pire ! De la longue occupation du Saint Lieu par ceux qui ne sont pas seulement étranger à la vérité, mais avec leur opération œcuméniste, ne prêchent plus la nécessité de conversion à l’Eglise, comme l’enseigne Jésus (Mc 16, 16), le seul chef de l’Eglise. Peut-on nier la réalité de cette trahison aujourd’hui contre la mission de l’Eglise?

Après la lecture de la troisième partie du Secret, de la vision de l’hécatombe du Pape catholique ensemble avec  ses fidèles, évêques, religieux et laïcs, hommes et femmes, tués «par des coups de feu et des flèches», que dire de ce symbolisme ?

Il semble évident qu’il appartient aux vivants de faire une comparaison avec les faits qui se sont passé dans l’Eglise juste avant 1960 : ne sera pas la venue d’une papauté qui ne veut plus ni juger ni convertir? N’est-t-il pas vrai que cette nouvelle « autorité religieuse», a déclaré la liberté de conscience et de religion devant Dieu, de sorte que la conversion à l’unique Eglise du Christ est seulement une option pour le salut, surtout pour les Juifs, qui conservent leur ancienne Alliance rejetant la nouvelle, celle  du Rédempteur, Jésus-Christ?

Quel fait d’une telle dimension eschatologique est-il  arrivé juste avant 1960 qui serait plus clair en 1960?

La seule réponse doit regarder un événement historique après la mort de Pie XII en 1958. Peut-il s’agir d’autre chose comme l’élection d’un parjure moderniste et philo-maçon infiltré, qui prenant la place du Pape – l’«obstacle» à la perfidie finale – qui serait la figure de son élimination, suivie par la ruine pour la vie de l’Eglise et du monde ?

N’est pas claire que la Tradition et le Magistère des Papes ont été systématiquement désagrégée ?

CONCLUSION : Le «Secret» est une vision symbolique qui relève du période autour de 1960.

Et il est très clair au sujet de l’attentat mortel contre le Pape et sa suite fidèle. À la question s’il s’applique au moment présent à l’Église sans aucune autre explication, on peut comprendre que cela est ainsi par les faits – surtout dans la façon dont a été traitée la Doctrine de la Foi depuis cette date, mais aussi par le «Secret» donné par la Mère de Dieu.

Cette chronologie dévoile un «règlement» de compte fatal de la révolution moderne avec l’autorité divine sur terre représentée par le Pape catholique et son entourage d’évêques, de prêtres, et de laïcs militants fidèles à la Foi. Ce plan de la Maçonnerie, connu depuis longtemps, s’est réalisé avec la déclaration apocalyptique de la liberté de conscience et de religion par rapport à  Dieu et à son Nom.

La durée de cette réalité funeste n’est pas connue car elle dépend aussi du degré d’apostasie du monde catholique. Certes il ne se produira qu’à la fin d’un long et turbulent interrègne historique. Le moins que l’on peut dire sans crainte d’erreur, c’est que le Vatican n’est plus dirigé pas un gardien de la vérité catholique.

Depuis le Secret on a vu l’escalade de la révolution antichrétienne dans l’Église elle-même, qui a fait tomber le Pape «obstacle» (II Thes, 2). Un vrai témoin ne peut que mettre en garde contre une continuation d’un tel danger, malgré le détournement de l’aspect religieux des ennemis de l’Eglise et de leurs complices au sujet de l’exécution de la Papauté. En effet ceux qui acceptent la fausseté d’un pape moderniste à la tête de l’Eglise de Dieu, qui change la Vérité, acceptent le grand mensonge, par lequel tous les autres se multiplient.

Même en faisant abstraction de la vision du Secret, refuser la réalité de l’attentat à la papauté catholique, qui a été démolie par les «papes conciliaires” promoteurs de Vatican II et du nouvel ordre religieux, c’est nier la réalité actuelle, qui dure depuis un demi-siècle.

On peut donner le nom qu’on veut au directeur conciliaire actuel, sauf celui de pape catholique. Ce serait un faux témoignage devant la foi corrompue par les conciliaires

Après la prise de conscience de cette «liquidation» représentée dans la vision symbolique du «massacre» du pape avec toute sa suite catholique, qu’attendons-nous? On a encore besoin de mots de Notre-Dame pour l’expliquer et puis prendre une position de foi, qui n’est autre que celle dictée par l’Evangile et la loi de l’Eglise face à une occupation sacrilège. Cela demande peut-être de témoigner depuis les toits, même sans le Secret? En revanche, contester la validité de celui-ci pour ne pas blâmer ce délit et les noms de démolisseurs de l’Église du Christ, cela peut-il être digne d’un fils qui veut être fidèle ?

Quel est le plan divin pour remédier à cette situation de ruine interne de la Chrétienté ? Dans l’actuelle situation du monde, il semble encore qu’il revient sur le mystère de la conversion de la Russie.

Ce qui est certain, pourtant, c’est que les fidèles ne peuvent pas accepter que le mensonge préside au Vatican sous le nom de pontificat catholique.

Mgr Lefebvre a fait allusion à cela dans une lettre aux cardinaux qui étaient sur le point d’entrer au conclave. Ils ont choisi, cependant, Jean-Paul II pour continuer Vatican II.

Plus tard, avec Mgr Castro Mayer, il a déclaré que les prélats qui acceptent la doctrine conciliaire ne doivent pas être considérés comme catholiques. Comment pourraient-ils alors élire un vrai pape?

Même sans accepter la vision du Secret sur l’attentat survivant à la papauté, aucun catholique n’est dispensé de témoigner de la vraie situation de Rome, dont l’opération œcuméniste fait ravage dans les âmes.

Préparons-nous donc de toutes nos forces pour l’éviter en constituant une résistance réelle et unie, animés du culte des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie et appuyé sur la loi de l’Église catholique: l’incompatibilité absolue entre l’hérésie conciliaire et la juridiction dans l’Eglise de Notre Seigneur Jésus Christ.

Si jusque-ici une ignorance invincible en face de l’institution papale fait accepter le pouvoir d’un démolisseur de la Foi, dans le prochain conclave, cette “ignorance” sera fatale, aussi pour les âmes des traditionalistes : par leur silence, ces âmes deviendraient complices de la continuation d’une telle ignominie qui démolit la Sainte Eglise ; ce serait un faux témoignage en matière de foi.

Si nous refusons de témoigner cette vérité, ce seront les pierres qui crieront… et détruiront.

Puisse Dieu ne pas permettre telle vile défection!

4 Respostas para “SUR L’AUTHENTICITE DU SECRET PUBLIEE L’ANNEE 2000

  1. Amedar Consulting novembro 14, 2012 às 7:34 am

    great publish, very informative. I wonder why the other experts of this sector don’t understand this. You should continue your writing. I am sure, you have a great readers’ base already!

  2. louis vuitton taschen novembro 24, 2012 às 5:41 am

    No individual is definitely worth your favorite rips, in addition to the anyone that is almost certainly triumphedT enable you to be cry out.
    louis vuitton taschen http://www.louisvuittononlineshop2013.com/

  3. Devona Halk dezembro 1, 2012 às 10:18 pm

    SUR L’AUTHENTICITE DU SECRET PUBLIEE L’ANNEE 2000 Pro Roma Mariana was stored as a favorite🙂, I really like your site!

Deixe uma resposta

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair / Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair / Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair / Alterar )

Foto do Google+

Você está comentando utilizando sua conta Google+. Sair / Alterar )

Conectando a %s

AMOR DE LA VERDAD

que preserva de las seducciones del error” (II Tesal. II-10).

Pro Roma Mariana

Fátima e a Paixão da Igreja

Radio Spada

Radio Spada - Tagliente ma puntuale

Catholic Pictures

Handmaid of Hallowedground

Hallowedground

Traditional Catholic Visualism

Acies Ordinata

"Por fim, meu Imaculado Coração triunfará"

RADIO CRISTIANDAD

La Voz de la Tradición Católica

%d blogueiros gostam disto: