Pro Roma Mariana

Fátima e a Paixão da Igreja

Les absurdités de Mgr Williamson

Don Floriano Abrahamovicz Don Floriano qyeima o V2

queima o livro do Vaticano 2º

num Auto de Fé

*   *   *

Sermon de l’Abbé Abrahamowicz du 2 février 2014 :

«Mgr Williamson et le sédévacantisme»

Au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.
Bien chers fidèles,
En ce jour, en cette fête de la Purification de la Bienheureuse Vierge Marie, nous avons contemplé et pris pour exemple le Prophète Siméon. Le prophète Siméon, qui a désiré, de toute son âme, de voir le salut d’Israël, pour lequel il lui était promis, par le Saint-Esprit, qu’il ne sortirait pas de ce monde sans le voir. Chose qui est arrivé. Il était très, très ancien, et dans l’espérance, dans le désir, et dans la joie qui de cette espérance et de ce désir était née, il a attendu avec patience, en supportant toutes les difficultés de la vie et de la vieillesse ; il a attendu ce glorieux moment où, dans le temple, dans ses bras, il a pu recevoir, porter, embrasser le salut d’Israël, Notre-Seigneur Jésus-Christ. Et il a pu chanter : Num dimitis servum tuum Domine (Maintenant tu peux laisser ton serviteur) ; et nous savons, nous avons rappelé la signification de ce geste, de cet acte de prendre Notre-Seigneur Jésus-Christ dans ses mains. Et le geste signifie : faire les oeuvres de la Foi, de l’Espérance, de la Charité et des autres vertus. Prendre Jésus-Christ dans ses mains, c’est faire les oeuvres de salut, opérer le salut de notre âme, au point de pouvoir être moralement certain de pouvoir rejoindre l’Eternité. C’est ça la grande joie de cette fête de la Purification de la Bienheureuse Vierge Marie.
Et nous avons appliqué ensuite cette vie d’espérance, cette vie des oeuvres à la situation actuelle de l’Église, en nous demandant comment faire aujourd’hui pour embrasser, pour porter Jésus-Christ ; comment faire aujourd’hui pour professer la Foi, l’Espérance, la Charité ; pratiquer les vertus ; recevoir la sainteté de l’Église à travers les Sacrements. Nous avons dit, non pas sans connaître la vérité qui nous enseignée par le catéchisme, et donc [sans] avoir en grand honneur de prendre dans les mains le catéchisme, comme le Prophète Siméon a pris dans les mains Notre-Seigneur Jésus-Christ, comme étant la porte qui nous ouvre à la vie de la grâce, au contact avec Jésus-Christ.
Et nous avons aussi appliqué à la situation actuelle de l’Église cette réalité, et nous nous sommes dit : grâce à la connaissance que nous avons de la Foi catholique à travers le catéchisme catholique, grâce à la connaissance que nous avons pu cueillir pendant les décennies de la non-catholicité, et du Concile Vatican II, et de toute l’église qui en est sortie [et ce qu’elle est devenue], dans ces derniers quarante ans, nous avons la joie de pouvoir dire : nous embrassons Jésus-Christ, Sa vraie Foi, Ses Sacrements, Sa Sainteté objective qui au travers des Sacrements nous est donnée ; nous brûlons [pour] Jésus-Christ et nous sortons du temple du modernisme. Page | 1
Et non seulement c’est une faculté, mais c’est un devoir ; et, à ce propos, nous nous sommes permis, avec beaucoup de respect, bien sûr, de répondre aux cinq affirmations que Mgr Williamson, dans sa dernière lettre Kyrie Eleison, fait à propos de ce qu’il appelé le « sédévacantisme », ou plutôt [mieux encore] les « angoisses sédévacantistes ».
Et nous avons lu et commenté rapidement ces cinq angoisses sédévacantistes pour quand même en conclure que l’angoisse est plutôt du côté de ceux qui ne se sont pas fait, définitivement, une raison de ce qui est l’Église catholique et de ce qui n’est pas l’Église catholique ; l’angoisse est plutôt chez ceux qui essaient à tout prix de combiner [avec] l’église Conciliaire (dont d’ailleurs Mgr Lefebvre disait qu’elle n’est pas l’Église visible fondée par le Christ). Et bien ces traditionnalistes qui se sont arrêtés à mi-chemin, et maintenant essaient de faire un mix entre l’église Conciliaire et l’Église catholique, ils parlent de l’Église catholique dans l’église Conciliaire, de la Tradition dans l’Église ; enfin, comme dire l’eau dans l’eau, ou le bois dans le bois, C’EST UNE ABSURDITÉ. Il n’existe pas d’église dans l’Église, c’est l’Église catholique ou ce n’est pas l’Église catholique.
Et je pense que c’est plutôt dans la Fraternité Saint Pie X, et malheureusement aussi dans ce qu’on appelle la “Résistance”, qu’il y a des « angoisses ».
• L’angoisse de ne se sentir pas capable de juger avec 260 papes le fait que ces 6 derniers ne l’ont pas été.
• L’angoisse de croire que l’indéfectibilité de l’Église existe seulement dans les fidèles de Mgr Lefebvre, qui ont adopté sa ligne.
• L’angoisse de croire que, puisque la doctrine du Concile Vatican II n’est pas catholique, on ne peut pas juger ceux qui la professent.
• L’angoisse de croire qu’il faut un tribunal ecclésiastique qui condamne comme hérétiques formels ces derniers papes pour dire qu’ils ne sont pas catholiques et pas membres de l’Église.
• L’angoisse de penser et de dire que nous ne pouvons et que nous ne devons rien faire, que tout doit être fait par Jésus-Christ.
C’est cela qu’affirme Mgr Williamson, mais cela, pour de vrai, cela cause de l’angoisse. Par contre [(avec) ceux qui disent, et énoncent le contraire], avec 260 papes, nous nous sentons très certains de dire que ces derniers 6 papes ne sont pas catholiques. Avec Mgr Lefebvre même, nous nous sentons très sereins, et nous disons que ce n’est pas vrai que l’indéfectibilité de l’Église continue seulement dans ceux qui suivent Mgr Lefebvre ; heureusement que non ! C’est lui-même qui l’a dit. Heureusement qu’il n’y a pas seulement ceux qui suivent Mgr Lefebvre qui sont restés catholiques. Il y a eu d’autres évêques, d’autres prêtres dans le monde qui sont restés catholiques. Et cela nous donne beaucoup de sérénité.
Mais surtout nous n’avons pas l’angoisse de la contradiction, même de l’insulte au bon sens, de dire : le Concile Vatican II a comme doctrine le modernisme, le modernisme n’est pas catholique, et donc le modernisme ne fait pas partie du magistère ordinaire et universel de l’Église, donc on ne peut pas juger les papes qui professent ce modernisme. Mais c’est absurde ! C’est exactement le contraire ! Justement, pour la raison pour laquelle le Concile Vatican II est moderniste, et ne fait pas partie du magistère ordinaire et universel, et donc ne fait pas partie [d’un Concile] de l’Église, justement pour cette raison, j’ai le devoir de juger dans le sens du jugement intellectuel et de constater que ceux qui professent ce modernisme ne sont pas catholiques.
<coupure de son>
Luther n’est pas [inaudible] catholique, alors je ne peux pas utiliser cette doctrine pour condamner Luther. C’est absurde ! Alors oui, mais Luther était un simple sujet de l’Église et les papes sont les N°1 de l’Église, et à cause de cela, je ne peux les juger. Ce n’est pas vrai ! Ce n’est pas vrai ! Personne ne peut les juger, dans le sens d’un tribunal qui les déclare, eux étant encore en charge, hérétiques formels. Cela c’est vrai ! Mais pour cesser d’être membre de l’Église, même pour le pape, qui pape était ou qui pape se montre, il n’est pas nécessaire d’être condamné par un tribunal ecclésiastique comme hérétique formel, mais, et c’est cela qui est très étonnant, le même Mgr Williamson le dit, et il le dit avec Saint Robert Bellarmin, il suffit que publiquement et manifestement ces personnes en charge professent une foi qui n’est plus la catholique. Et, avec Saint Robert Bellarmin, Mgr Williamson lui-même le dit, ils ne peuvent plus être membre de l’Église.
Et ensuite il ajoute : mais on ne peut pas juger, parce qu’ils ne sont pas déclarés hérétiques formels. Mais il n’est pas nécessaire d’être déclaré hérétique formel, on cesse d’être membre de l’Église, même quand simplement on professe publiquement et manifestement l’hérésie. Et surtout pendant 30 ans, avec insistance, et tous les jours. Il est certain que le pauvre curé de paroisse qui fait un sermon sur la Sainte Trinité, et qui dit une bêtise sur la Sainte Trinité, tombe dans une hérésie matérielle, mais cela ne veut pas dire qu’à partir de ce moment-là, il n’est plus curé de sa paroisse. Bien-sûr que non !
Encore une fois il faut du bon sens dans tout cela, et malheureusement, il faut constater que peut-être l’angoisse qu’on dit être la nôtre, celle des sédévacantistes, je répète que le sédévacantisme est une solution réductrice du problème, parce que le sédévacantiste dit que l’évêque de Rome n’est plus pape, parce qu’il est déchu de la Foi ; et c’est vrai pour Bergoglio ; mais ce n’est pas suffisant, parce que ce n’est pas seulement le problème de l’évêque de Rome, le problème n’est pas seulement celui de Bergoglio, Ratzinger, Wojtila, Montini, Roncalli, et Luciani, le problème, c’est qu’il s’agit de tout un organisme qui n’est plus l’Église catholique. Exactement comme les schismatiques orientaux, ou même pire, les Anglicans, qui n’ont plus les Sacrements, qui n’ont même plus l’Ordre, chose qui est en train de se réaliser et qui se réalise dans l’église Conciliaire. Alors là, je dois dire, vraiment, que je me permets, toujours avec déférence, de constater que Mgr Williamson ne correspond pas aux indications données par son évêque consécrateur, qui disait : si nous n’expliquons pas avec tact, avec prudence, avec sagesse à nos fidèles, le problème de [inaudible] ce qui veut dire, et c’est toujours le Fondateur qui dit que l’église Conciliaire n’est pas l’Église visible fondée par le Christ, même d’autres traditionnalistes perdront la Foi.
Alors je fais appel à Mgr Williamson, puisque déjà il a été chassé par la Fraternité, qui, au contraire, s’attache à Bergoglio à toute force, lui au-moins qu’il ne s’arrête pas à mi-chemin. Que les prêtres et les fidèles de la résistance catholique ne s’arrêtent pas à mi-chemin. Parce que cela, c’est possible que cela cause des angoisses, des confusions. Il ne faut pas s’arrêter à mi-chemin. Mais avoir la force de faire le pas décisif, et de rompre complètement avec l’église conciliaire.
Je suis donc avec la sérénité, avec la Foi, l’Espérance, et la Charité, qui était le propre du Prophète Siméon, état d’âme que nous demandons la Très Sainte Vierge Marie de nous procurer.
Au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

Uma resposta para “Les absurdités de Mgr Williamson

  1. Sempre Catlico da Tradio fevereiro 5, 2014 às 11:14 pm

    Parabns Mons. Williamson !Fao o mesmo livros hereges tem que ser queimados

    SANTA MISSA TRADICIONAL Santa Missa aos Domingos semprecatolico@hotmail.com.br“Mesmo que os Catlicos fiis Tradio se reduzam a um punhado,so eles a verdadeira Igreja de Jesus Cristo”Santo Atansio,Bispo de Alexandria,Doutor da igreja.

    Date: Wed, 5 Feb 2014 22:01:55 +0000 To: semprecatolico@hotmail.com.br

Deixe uma resposta

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair / Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair / Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair / Alterar )

Foto do Google+

Você está comentando utilizando sua conta Google+. Sair / Alterar )

Conectando a %s

AMOR DE LA VERDAD

que preserva de las seducciones del error” (II Tesal. II-10).

Pro Roma Mariana

Fátima e a Paixão da Igreja

Radio Spada

Radio Spada - Tagliente ma puntuale

Catholic Pictures

Handmaid of Hallowedground

Hallowedground

Traditional Catholic Visualism

Acies Ordinata

"Por fim, meu Imaculado Coração triunfará"

RADIO CRISTIANDAD

La Voz de la Tradición Católica

%d blogueiros gostam disto: